mercredi 15 octobre 2008

Journée du 15 octobre

Le départ du Jonni Ritscher, le cargo qui doit me ramener en Europe est retardé d’au moins une journée. J’aurais du embarquer aujourd’hui mais cela se fera assurément demain 16 octobre. Une journée de plus au Québec. Je considère cela comme un cadeau. Décidément j’aurai été gâté par le Québec jusqu’à la dernière minute.
Aujourd’hui, donc, je vais rendre la voiture qui m’a rendu de beaux services le long de 4700 km parcourus et m’occuper des dernières petites choses à faire avant mon départ.

Je vais profiter pour remercier ici publiquement et rendre hommage à ces québécois qui ont fait de ce voyage une de plus belles expériences de ma vie jusqu’à ce jour.
L’ordre dans lequel je vais les citer importe peu. Chacun a contribué à sa manière au succès de ce projet et à mon bonheur personnel.

Je vais commencer par les femmes :
Un grand merci pour Nadine Cordier des affaires publiques de la société de transports de Montréal. Un croustillant mélange de sympathie et professionnalisme sans qui mon reportage dans le metro de Montréal n’aurait pas été possible.

Je veux saluer Mario Tremblay, premier québécois à supporter mon projet depuis deux ans et co-laborateur pendant 3 jours dans les Cantons de l’Est. Une belle rencontre qui ne restera pas dans l’oubli.



Je remercie Robert et Ghyslain à Lévis pour leur accueil, leur visite guidée de Québec et leur souci de faire en sorte que rien ne me manque pendant mon voyage, du linge propre au bon déjeuner québécois sans oublier leur appui moral. A force de me répéter que tout allez bien se passer, ils ont fini par avoir raison.



Je voudrais saluer et remercier Alain Pelletier de Québec qui a su être un exceptionnel ange gardien logistique et un co-laborateur de l’étape du lac St Jean digne des meilleurs pilotes de rallye. Il sera bientôt sans doute un bon photographe et un excellent guide professionnel touristique québécois.



J’ai plein de pensées pour Alain Potvin de Rivière du Loup avec qui j’ai pris beaucoup de plaisir à partager une petite étape. Il a attrapé le virus des ponts couverts et j’en suis ravi. Soyez vigilants. Il est contagieux.



A Amqui, il y a du monde à remercier. D’abord Gilles, qui, non satisfait de m’avoir ouvert une grande porte vis-à-vis du projet, il m’a ouvert celle de sa maison. Son accueil, sa disponibilité et son « savoir vivre » ont créé une amitié désintéressée que je garderai avec grand respect.
J’ai déjà parlé ici de Gaëtant Ruest, maire d’Amqui. Il a su ouvrir de portes, se rendre disponible, enthousiaste et fort agréable. J’aurais de tonnes à rajouter mais je ne vais pas lui faire des éloges supplémentaires ici. Quand ont dit du bien de hommes avec de responsabilités politiques ont ne sais jamais comme cela termine...
Un grand merci à Jocelyn (le pilote) pour m’avoir permis de faire le reportage aérien sur la Matapédia.



Je remercie Neil Roy de Montréal (co-laborateur et co-pilote de haut vol) qui, avec une intelligence intérieure et un humour rares à su faire de chaque moment passé avec lui, un moment privilégié et unique. Et ceux pour ce qui concerne les journées passées ensemble à photographier les ponts, les visites guidées de Montréal, ses plats cuisinés, le bonheur du partage avec ses amis et j’en passe...


Je ne voudrais pas oublier de remercier André à Montréal, fin critique de mon travail et bon connaisseur de la culture québécoise.
Gérald Arbour et Pascal Conner pour la mine énorme d’informations précieuses qu’ils m’ont apportées.
Jean Lefrançois au ministère des Transport de Québec et Sylvain Lizotte au ministère de la culture de Québec pour l’intérêt qu’ils sont montrés pour mon travail et avec qui j’espère avoir le plaisir de travailler bientôt.
Pour terminer cette longue liste de remerciements (Je ne suis pour rien si le Québec est riche en belles personnes) Je voudrais tirer mon chapeau à Jean Beretta en France, sans qui, grâce à sont appui, sa générosité, ses conseils, sa grande patience et j’en tais… ce rêve et ce projet n’aurait jamais pu se réaliser.

Je vais donc embraquer demain au port de Montréal à destination d’Anvers en Belgique avec une escale à Liverpool. Je ne sais pas si je pourrai donner de nouvelles depuis le bateau mais j’en donnerai des mon arrivée en France prévue pour le 28 ou 29 octobre.

1 commentaire:

fabrice a dit…

Salut Manuel,
quel plaisir de lire tes aventures et de voir et savoir combien tu es et a été heureux d'accomplir ton projet, j'en suis vraiment super content pour toi.
Le retour va certainement te sembler difficle mais tu as tellement de bons souvenirs que tu vas encore profiter un bon moment de ce merveilleux périble.
Bon retour
Fabrice